lundi 16 avril 2018

SALON DU LIVRE DE TANGER

Envie de voyages, de rencontres et d'ailleurs ?
Dès jeudi, retrouvons-nous au Maroc !


Ateliers, tables rondes, conférences dialoguées, concerts… rendez-vous au Palais des Institutions Italiennes, un très beau programme nous attend : Clic !



❁❁❁

Pour ma part, je proposerai trois ateliers de lectures animées pour les enfants, jeudi, vendredi et dimanche :

Illus. Anne Crahay

Avec quatre contes et quatre œuvres artistiques extraits de l'album (Ed. Elan Vert) que je partage avec Anne Crahay :

Clic !

Je dédicacerai également l'album que je partage avec Oreli Gouel, paru dans la très jolie maison marocaine, Yomad Editions :

Clic !

A bientôt dans ce bel ailleurs !

Pour vous accompagner, un air de luth que j'adore et qui berce l'une de mes lectures :





jeudi 12 avril 2018

LILI BOUILLE LA GRENOUILLE

Dernier album sorti de l’œuf :
Ceci n'est pas un poussin
N'est-il pas craquouille ?

Illustration de l'oiselle, Xavière Devos...
qui en avait ras les patouilles
de dessiner des fées et des carrosses,
qui rêvait de grenouilles !
Alors on s'est fait une joyeuse tambouille,
elle aux pinceaux, moi à la rimouille,
et voilouille !


Donc... de quoi ça causouille ?



Un crapaud goinfrouille et une grenouille fripouille,
ce sont des choses qui arrivent…

En tout cas, dans cette aventurouille (verte et non rouille), née entre deux nénuphars, à moins que ce ne soit entre deux têtards... 



Pour éviter de finir en ratatouille, Lili-Bouille se transforme en cornet à pistouille, en ballon à sautouille, en algue à chatouilles, et cæterouille (ras et non rouille), on y perd son latinouille (savant et non nouille).


Bref, à la fin, le Soupalo plein d'eau, (crapaud de son état), craquouille face à cette grenouille et ses carabistouilles,  la menace des pires embrouilles...
Et là... 
Il ne la zigouille pas !!! 
Because Y'a un monstrouille !




Je ne vous raconte pas la fin, mais ça ne se termine pas du tout, du tout... mal.


Remerçouilles :
Avec Xavière, on s'est offert un petit plaisir, un petit délire. Les éditrices de L'élan vert nous ont fait la grâce de nous suivre, alors bisouille (zut, ça me reprend !) (Heu... on ne bisouille pas les éditrices.) (Ah ? Okouille.)



mercredi 4 avril 2018

GOLIATH CHAT PIRATE


"Salut ! Moi, c’est Goliath. Je suis super grand, super costaud, comme chat. Presque aussi balèze qu’un tigre, mais en noir et blanc et pas rayé, vous voyez ? Quand je suis couché dans le fauteuil du salon, il n’y a même plus la place pour un joujou-souris, mais c’est pas grave, parce que :
       Un joujou-souris n’a rien à faire dans le fauteuil si j’y suis.
      Quand je fais la sieste, roulé en boule, papattes en rond, je n’ai pas envie de m’amuser, juste de dormir.
J’adore mon nom, Goliath. Il rime avec gratin de pâtes, cassoulet en boîte et sauce bœuf/tomate. Que des trucs qui donnent la patate !"

Sorti tout beau, tout frais du panier,
Fourrure brossée, moustaches lissées
mon roman dernier-né !

Photo bookstagram d'Aglaé @leslivresdaglae

à l'illustration


dans la collection "Nos amies les sales bêtes"
Editions trèèèès tentaculées :

Clic !

Après "Tarzan, Poney méchant" et l'univers pissenlit-pâquerette-crottin-frais d'un antihéros à sabots, direction Paris et toutes les saveurs de l'Italie, dans la gamelle de ce chat très vorace qui suit à la lettre les préceptes des ancêtres :


Goliath aime le steak, la sieste, consommer les boîtes de terrine ouvertes (sinon elles s'abîment), le lit douillet de Lou, sa coloc', les pâtes bolo, la grasse matinée, les bons pâtés  et...

Alors quand déboule chez lui le nouveau fiancé de Lou, herbivore obsessionnel à tendance maniaco-végétarienne, que notre matou se retrouve contre son gré embarqué sur une péniche, entre Gaspard, un gamin surexcité, et Coconut, une perroquette hystérique, il déprime et ne rêve plus que de ça :

☠ Heureusement, Goliath a un plan. 


L'opération sabotage est lancée ! 
Il en a marre, largue les amarres et
Gare !
Il va y avoir de la bagarre !
Mais aussi de tendres moments
et des délires délirants


Pour faire bref, ce livre est une ode à la cuisine italienne, aux plateaux-télé et aux gros chats ronronnants, un réquisitoire contre le tout bio infligé, même si...


Comme souvent dans mes livres,
 à la fin, il y a 3 pages de bonus :



 Souriants remerciements 
à 

 Louis T., illustrateur et peintre de talent qui encourage la liberté de créer.

 Manon S., pirate d'édition.

 Florence et Clélie, les attachées du Poulpe.

 Les libraires, les bookstagrammeurs, les blogueurs qui soutiennent si bien mes p'tits bouquins et caressent Goliath dans le sens du poil !

 Petite Fleur, lectrice de mon , et sa chronique vidéo :
 

 Et aussi, ma p'tite tête de Plume :^)



mardi 13 mars 2018

SIX CONTRE UN

Je l'ai écrit une semaine de juin, c'est pas un  gros pavé, juste un p'tit bouquin. 
Il ne roule pas des mécaniques : du genre basique, format pratique. 5,60 €, pas cher. Bon point. 
Ce livre, c'est dingue comme j'y tiens.

photographe, femme (d')images

Il sort en librairie aujourd'hui ou demain, je ne me rappelle plus très bien. 
Il s'adresse à toi, à eux, aux jeunes, aux gamins. 
À ceux qui hurlent en silence, cachés derrière leurs mains.
À ceux qu'on accuse de tout mais qui n'y sont pour rien.
À ceux qui paniquent en pensant à demain
              au collège, aux insultes, aux sourires en coin
qui rêvent d'être invisibles, mais qu'on repère de loin
qui ont envie de sauter du train
ou de passer dessous, pour que ça cesse enfin.

*

À ceux qui encaissent, qui sont trop pleins
de ravins vertigineux, de montagnes de purin. 
À ceux qui se noient dans leur bain parce qu'un autre fait le malin. 
À ceux qui veulent mourir pour ne plus prendre de coups de poing. 
À ceux qui sont en sursis jusqu'au lendemain.
À ceux qu'on traite de victimes, de bourrins, de fils de chien
qu'on cogne, qu'on écrase à pieds joints
juste parce qu'ils ont une tête de... on ne sait pas très bien
mais on s'en fout, on ne les aime pas, point.
Alors...
Alors, on s'éclate entre potes, on s'y met à :



"Six contre un", c'est l'histoire de Ludo. 
Un ado qui encaisse. Les mots, les coups.
Qui va au collège comme on va à l'abattoir. 
C'est pas une vache, on ne le tue pas. Enfin, pas complètement. On en laisse un peu pour pouvoir s'amuser plus tard.

photographe, femme (d')images


C'est un récit/roman sur le "harcèlement scolaire" en trois temps. 
Ecrit parfois comme un slam, comme un rap... mais pas trop : quand il y avait besoin de flow, d'écho.
À la première personne. Avec des mots vrais qui claquent :
  pas de littérature pour faire pleurer le lecteur.
 ➜ pas de violence à l'eau de rose.

(Mais la violence qui existe et qu'on refuse, celle qui grimpe plus haut que les montagnes. dans une cour plate. au collège. à l'école. et qui transforme en enfer la vie de ceux qui la subissent.)


Il est aussi question de respiration, de funambule, de boxe, de hip-hop, de corps qui parle et révèle. D'expression.

© Tony Noël, photographe

Ce texte est né d'une histoire vraie, ancienne, enfouie.
Grâce aux mots d'un ami qui m'a permis de comprendre que la danse et la musique sont l'une des plus pures formes d'équilibre, le souffle qui parfois nous manque.

photographe, femme (d')images

La couv' a été illustrée par Dimitri Zegboro, c'est "sa première". Lui est un prince qui ira loin. Vous pouvez allez voir sa page FB, La vie de Como, ou son profil Instagram, @laviedecomo. C'est tout un monde en mouvement qui se dessine. J'adore absolument !

Le livre paraît  aux éditions Magnard Jeunessedans la collection Presto qui réunit des textes intenses, accessibles, courts et percutants.
La pétillante Pauline (@marque_pages) en parle super bien sur son blog. C'est drôle et plein d'énergie, allez lire ce qu'elle en dit : clic !




Particularité de Presto : vous pouvez écouter une grande partie du livre lue par l'auteur.  Si, si, sérieux, j'ai enregistré dans un studio, en me prenant pour une pro !
Vous pouvez écouter ici : Clic !



photographe, femme (d')images
D'habitude, quand un livre sort, je m'en détache, je le laisse faire son chemin... Mais là... cœur tambour. 
Ce routard-là vient de loin, ça doit être ça !
Bon, donc, bref ! Hashtag à rallonge :
#jesperequonvalirecebouquinauqueljetiens 

ENFIN... pour tous ceux dont j'ai parlé, et qui savent que dans une cour de collège, parfois c'est la guerre, j'ai écrit un mot à la fin... je le partage là, c'est important :

https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Une chronique de "SIX CONTRE UN" qui me met les larmes aux yeux d'émotion, tant la libraire a compris mes intentions d'écriture. J'aime quand il y a un  touche  auteur/lecteur. 
Merci à Hélène Deschère de la Librairie Récréalivres du Mans.
Clic !











photographe, femme (d')images